« FLECHES ET CARREAUX »

« Un parcours historique dans le mondes des archers et des arbalétriers »

L'arc est l'arme de trait la plus ancienne et la plus universelle. Déjà connue à l'âge de pierre, elle est employée encore par certaines peuplades.

En Grèce et à Rome, l'arc était surtout une arme de chasse ; au contraire, chez les peuples orientaux, c'était l'arme de guerre par excellence. Les Gaulois se servaient plus volontiers des javelines et de la fronde que de l'arc. On attribue aux Normands l'introduction de cette arme chez les nations occidentales.

Les corps d'archers du Moyen Âge étaient d'abord porteurs d'un grand arc droit dont le bois était presque toujours d'if, parfois d'érable ou d'aubépine ; la corde était de chanvre ou de boyaux ; l'arc avait la hauteur d'un homme.

Les rois de France du XIIe et XIIIe siècle s'appliquèrent à organiser des corps d'archers, mais ce furent les Anglais qui développèrent le plus cette arme. La guerre de Cent ans fut le triomphe de l'arc.

Un bon archer, au XIVe siècle, lançait douze flèches en une minute et manquait rarement son but à 220 m. L'arc était une arme légère très redoutable ; son seul inconvénient était la trop grande sensibilité de sa corde à la pluie et à l'humidité. En France, son usage dans les armées cessa vers 1514. Il persista en Angleterre jusqu'au XVIIe siècle.

Quant à l'arbalète, c'est une modification de l'arc qui permet un tir plus précis et plus puissant, mais qui est plus incommode, plus lourde à porter. Elle ne prend de valeur que dans la guerre de siège. Elle était déjà connue dans l'antiquité classique et dans certaines régions mais on lui préférait généralement l'arc.

Elle se compose essentiellement d'un arc d'acier monté sur un fût de bois ou arbrier que l'on épaule pour tirer. Au XIVe siècle on la perfectionne en lui ajoutant un mécanisme destiné à tendre la corde ; elle devint alors très usitée. L'arbalète lançait des flèches appelées carreaux. Les arbalètes à tour , dont l'arc atteignait parfois 10 mètres de long, étaient des machines de siège montées sur un véritable affût et qui se bandaient avec un treuil.


en partenariat avec l'A.S.B.L. La Figurine


Quai des Saulx, 14 B-6830 Bouillon
Tél. : 32 (0) 61 46 83 03 - Fax : 32 (0) 61 46 87 58
E-mail :
info@archeoscopebouillon.be


Retour à la page d'accueil