C’est à l’ARCHEOSCOPE de BOUILLON qu’Hubert PAUGET, artiste peintre sculpteur ardennais, a choisi de présenter ses 22 illustrations (2007-2008) des « Fêtes galantes » de Paul VERLAINE, qui a passé une partie de son enfance à PALISEUL, LEHONVILLE et BOUILLON.
Ces 15 peintures en acrylique et ces 7 sculptures murales en verres de synthèse, verres acryliques et plastiques restent fidèles à l’ambiance des rêveries de Paul Verlaine, dans le tournoiement d’une brise légère virevoltante. Il y a là des couleurs fortes avec des nuances orange, bleues, vertes et même noires. Selon son inspiration, au gré des poèmes, Hubert Pauget a choisi entre peinture et sculpture, entre abstraction suggestive et abstraction libérée. Son thème : Qui n’a pas rencontré une Colombine, un Pierrot, un Arlequin et tous ces personnages qui vont pareils à une danse de papillons sans but précis, à la merci des sensations, dans des paysages à la WATTEAU ?

Les « Fêtes galantes » de Paul Verlaine paraissent le 20 février 1867. Le 16 février 1867, la cousine de Verlaine, Elisa Moncomble, celle qu’il appelait «l’oiseau qui fut mon premier amour », meurt. A la disparition de celle qu’il avait aimée, il se mit à boire de l’absinthe afin de faire taire son chagrin. La fête imaginaire devient un facteur d’oubli pour le poète, se plaisant à évoquer le futile et galant XVIIIe des peintres Watteau, Lancret et Pater.
Dans ce poème des « Fêtes galantes », ARLEQUINS et COLOMBINES, frivoles sous des déguisements, dansent dans des parcs mélancoliques, à la recherche d’un paradis qui se dérobe sans cesse. Il y a PULCCINELA, CASSANDRE, PIERROT, VENUS de la « commedia dell’arte ». C’est la ronde des rires, des baisers, à l’ombre des bosquets. C’est l’avant du réveil amer, de la désillusion des jeux de l’amour et du hasard.

C’est lors de son exposition « RIMBAUD chez VERLAINE » en 2007 au Musée Verlaine de Juniville (illustrations de 1992 des poèmes d’Arthur Rimbaud, « L’éternité », « Le loup criait sous les feuilles », « Ce qu’on dit au poète à propos des fleurs ») que l’artiste, à la relecture de l’œuvre de Verlaine, a eu l’envie d’illustrer les « Fêtes galantes », la comédie de la vie. Hubert Pauget avait illustré quelques années auparavant « Une saison en enfer » en 1974 puis le « Bateau ivre » en 1982, exposés respectivement au Musée Rimbaud de Charleville-Mézières.

L’exposition des « Fêtes galantes » est prévue pour être présentée dans d’autres lieux que Verlaine a pu fréquenter.

Hubert PAUGET, juin 2008



Quai des Saulx, 14 B-6830 Bouillon
Tél. : 32 (0) 61 46 83 03 - Fax : 32 (0) 61 46 87 58
E-mail :
info@archeoscopebouillon.be


Retour à la page d'accueil